Page précédente Scolarité Tout sur mon handicap Page suivanteMon 1er ordinateur dans les années 1985 : Le Tandy TRS-80 MC-10 et l'apprentissage du BASIC.
J'ai touché mon premier ordinateur couleur entre six et huit ans. Je ne me rappelle plus exactement de la période, parce que aujourd'hui ça remonte à loin. C'était entre 1983 et 1985. J’habitais, avec ma famille, à Orange dans le Vaucluse. Mon père, photographe de métier, avait acheté un ordinateur de marque Tandy « TRS-80 MC10 », probablement pour faire sa comptabilité. Cet ordinateur était également un clone de l'ordinateur « Alice », commercialisé par la société Matra-Hachette.
Données techniques de la machine Constructeur : Tandy Corp. (Fort Worth, Texas, USA) Date de sortie : 1983 Référence : TRS-80 MC 10 (fr) Processeur : MC 6803 à 0,89 MHz Mémoire : RAM 4 Ko Module d'extension de 16 Ko en option ROM 8 K Affichage : Texte: 32 x 16 caractères Graphique: 64 x 32 (semi-graphique) 8 couleurs Stockage : Lecteur de cassettes externe Interfaces : RGB Cassette Bus d'extension Série Software : Basic Particularité : Identique Matra Alice.
Ma passion, mon histoire avec l'informatique au cours de ces 25 dernières années.
Mon histoire sur l'informatique continue. Dans la partie suivante, je veux vous parler un peu du langage Basic, sans rentrer dans les détails, pour que vous ayez une idée de ce à quoi ça ressemble.
Ce petit terminal résidait en un tout petit clavier blanc très sommaire, doté d’une mémoire morte de 8 ko, dans laquelle était stocké le langage Basic, qui avait été élaboré dans les années 60, pour les étudiants qui n’avaient aucune connaissance en informatique. Il était apparemment adapté pour les débutants comme pour les professionnels. Il suffisait d’apprendre les différentes formules mathématiques et de les numéroter de 10 en 10, pour petit à petit concevoir un programme. À l’époque, inutile de parler de système d’exploitation, cela n’existait pas sur ce type d’ordinateur. Le Basic était en lui-même le seul langage exploitable. La mémoire vive était de 4 ko pour faire tourner les programmes que je concevais fièrement. J’ai adoré mémoriser et rentrer des lignes de code et de formules mathématiques, pour créer des dessins, de toutes petites animations ou encore des formes géométriques comme des cercles ou des carrés. Cela permettait de m’occuper mais aussi de m’éveiller aux balbutiements de l’ordinateur familial, bien loin encore des Windows ou des Mac OS, qui sont des environnements graphiques très connus aujourd’hui. Le seul programme élaboré que j’ai réussi à faire, c’était un jeu de squash très rudimentaire, avec une seule raquette, représentée par un trait grossier. La balle était un gros point carré. Il y avait également un mur sur lequel la balle rebondissait. La plupart du temps, je réalisais des arbres qui poussaient à l’écran, des bonshommes qui s’animaient… J’ai élaboré ce programme avec l’aide de mon oncle Alain, le frère de mon père, qui est ingénieur informatique. À l’époque, il travaillait à l’étranger. C’est un excellent souvenir pour moi, parce qu’un jour il est venu la maison pour une partie des grandes vacances de 1985. Comme nous n’avions pas un grand culte de la famille chez les Bernay, cela devait être l’une des premières fois que je voyais cet oncle venu d’ailleurs. Ensemble, nous nous découvrions avec tendresse, l’oncle et le neveu. Nous élaborions ce programme, sur lequel nous passions nos journées entières, jusqu’à parfois tard dans la soirée en enchaînant des lignes de Basic, sans être totalement certains du résultat. Nous nous trompions fréquemment à tel point qu’il fallait recommencer. Quand le programme que nous concevions ne fonctionnait pas, nous avions droit à un beau message d’erreur du style « Syntax Error line ». « Line » contenait le numéro de ligne. Nous avions fréquemment des problèmes de vitesse à régler. Soit la balle allait trop lentement ou trop rapidement, soit la raquette ou les touches servant à la déplacer n’allaient pas assez vite. Il y avait beaucoup de variables à prendre en compte. Ce programme apparemment banal nous a collé quelques suées. Mais ce fut une belle victoire, lorsqu’il a fonctionné normalement. J’y ai joué beaucoup après cela. Pour enregistrer les programmes, le lecteur de disquette n’existait pas sur ce modèle d’ordinateur. A l’époque, sur certains modèles, on pouvait disposer de disquettes cinq pouces un quart, mais sur ce petit terminal, on utilisait un lecteur enregistreur de cassettes, comme les cassettes audio à bandes magnétiques d’antan. Il fallait charger le programme au démarrage en mettant en route la cassette et en tapant au clavier l’instruction « LOAD ». Pour lancer un programme, il fallait taper l’instruction « RUN ». Cet ordinateur ne disposait pas d’un moniteur (écran d’ordinateur) attitré. Il fallait relier ce petit clavier et sa mémoire sur l’écran d’un téléviseur couleur ou noir et blanc avec l’aide d’une simple prise Péritel. On pouvait trouver quelques jeux ou programmes éducatifs sur cassette audio que l’on chargeait au démarrage de l’ordinateur. Je me rappelle effectivement du seul jeu que je possédais sur cette machine. Il s’agissait de « Lost World Pinball », un jeu de flipper en couleur, qui pour moi à l’époque, était révolutionnaire. Mais je reconnais aisément qu’aujourd’hui, il est dépassé. Voici la vidéo du jeu en question, un peu longue certes et en anglais :
Mon histoire avec l'informatique pourrait se comparer avec celle de Obélix et de la potion magique, puisque je dirais que je suis tombé dedans lorsque j'étais petit. Aujourd’hui, je m’en sers pour taper du texte à la reconnaissance vocale, m’ouvrir aux autres et discuter avec ma copine sur Internet ou encore, jouer à des jeux vidéo. Mais, toutes ces possibilités m’ont été offertes au fur et à mesure des évolutions et des différentes générations d’ordinateurs que j’ai côtoyés. J’ai connu l’ordinateur de bureau à ses balbutiements, pour arriver à ce qu’il est aujourd’hui en 2009 – 2010. Dans cette partie, je vais explorer les différents ordinateurs que j’ai utilisés au cours de ces 25 dernières années. J’en profiterai pour brosser un court portrait de ma marque d’ordinateurs préférés : « Apple » et de son principal fondateur Steve jobs, qui pour moi est un visionnaire, parce que il a toujours su créer un produit fini, beau, pratique, stable, contrairement à la plupart des machines PC. Vous saurez également petit à petit, comment je me suis formé, quasiment en autodidacte, avec ces différents ordinateurs. Alors, si vous êtes prêts, nous allons remonter ensemble au cœur des années 80 aux premiers pas de l’informatique personnelle.
Mes Passions Mes amis Mon handicap IMC Signification du logo Home Home Bienvenue Signification du logo nouveautés du site Web signer le livre d'or Tout sur mon handicap Présentation Ma naissance Symptômes de mon handicap les traitements de mon handicap Ma scolarité L'école primaire Le Collège Saint Exupéry Bilan sur mon intégration classique Le Lycée Spécialisé Des débuts difficiles La prise en charge des handicaps le BTS comptabilité et gestion Les fauteuils électriques Vivre autonome mes différents revenus L'appartement adapté et le matériel Mes différents intervenants à domicile Mon degré d'autonomie en images La dictée vocale Les lois sur le logement adapté La kinésithérapie avec Pascal Religion et handicap Sexualité et handicap Mes amis Le témoignage d'Anne-Marie Jean-François, le samouraï Mes passions à propos de mes passions Claude fait son cinéma James Bond Claude et l'informatique Le Tandy TRS-80 MC-10 et l'apprentissage du BASIC Le Langage BASIC, qu'est ce que c'est ? Les projets " Lisa " et " Macintosh " Janvier 1984 : La courte vie du Lisa et la gloire du Mac Mon premier ordinateur personnel, l'Atari 520 STf L'Atari ST, une machine, moitié ordinateur, moitié co Mon premier Macintosh Performa 460 Windows 98 Le retour de Steve Jobs au sein d'Apple Les différents Macs que j'ai utilisés Le pari incompris de Apple l'iMac intel blanc Core 2 duo Qu'est qu'on peut faire avec un iMac intel ? Le Partage d'écran sous Mac OS X La conclusion en vidéo Geisha la chatte Divers Les auxiliaires de vie scolaire Les métiers d'aide aux personnes Mon degré d'autonomie en images La kiné avec Pascal Religion et handicap Sexualité et handicap Qu'est ce que je peux faire avec mon ordi. Steve Jobs (1955-2011) Liens externes ContactMe Contacter, cliquez ici
Les textes, photos et vidéos ne peuvent pas être reproduits sans mon autorisation.
Le Petit Monde de Claude B. 2009-2013