Page précédente Scolarité Page suivante Tout sur mon handicapLe Langage BASIC, qu'est ce que c'est ? Un peu d'histoire succintes et d'exemples pratiques...
L’avènement d’Apple en 1976, son role déterminant dans la démocratisation de l'informatique...
Le BASIC a été conçu à la base en 1963 par John George Kemeny (1926-1993) et Thomas Eugene Kurtz (1928-) au « Dartmouth College » pour permettre aux étudiants qui ne travaillaient pas dans des filières scientifiques d'utiliser les ordinateurs. En effet, à l'époque, l'utilisation des ordinateurs nécessitait l'emploi d'un langage de programmation réputé réservé aux seuls spécialistes. Le BASIC est peut-être le langage de programmation le plus connu. Malgré sa normalisation, plusieurs dialectes sont apparus au cours des années, qui sont partis de la même base du langage, et ont proposé des améliorations diverses. C'était souvent en fonction des ordinateurs que vous utilisiez. Par exemple, la référence sur PC (MS-DOS) a été le GW-BASIC puis le Quick Basic. La version du Basic que j'ai utilisé sur le TRS-80 était basée sur les numéros de ligne. Une ligne correspondait à une instruction du programme. L'usage était de numéroter les lignes de 10 en 10, afin de pouvoir insérer des lignes supplémentaires si besoin était. Le langage Basic est un très bon outil de programmation pour résoudre des calculs arithmétiques et mathématiques en général. Il permet de tracer des figures géométriques avec les instructions SIN et COS. c'est peut-être aussi pour cela que mon père me l'a fait apprendre, pour que je m'éveille à cette matière. Cela a entraîné ma mémoire et m'a permis d'apprendre des formules par coeur et de créer des petits logiciels. Cela m'a familiarisé avec quelques rudiments d'anglais. Je vais maintenant vous mettre un petit exemple mathématiques programmé en Quick Basic. Il s'agit d'un programme de calcul de tirage du loto. Les instructions sont toujours en majuscules. Les phrases en jaune et italique après les apostrophes sont des explications pour vous aider à comprendre le programme. Les instructions « Print » affichent du texte à l'écran, tandis que le « input » sert à entrer des données dans le programme, qui peuvent être du texte ou des chiffres. ' Ce programme code un loto en QuickBasic. RANDOMIZE TIMER ' Initialise le générateur de nombres aléatoires (nécessaire pour pouvoir utiliser la fonction RND). CLS ' On efface l'écran. PRINT "***** Petit Loto en QuickBasic *****" ' Affiche un message d'accueil. INPUT "Entrez votre nom : ", Nom$ ' On demande son nom au joueur pour le stocker dans la variable Nom$. ' Le symbole '$' signifie que la variable est de type chaîne de caractères (ce qui est naturellement adapté). Cagnotte% = 100 ' On affecte la valeur 100 à la variable Cagnotte%. ' Le symbole '%' signifie que la variable est de type entier (ce qui permettra de faire des opérations dessus). PRINT "Votre cagnotte contient :"; Cagnotte% 'On affiche le contenu de la cagnotte. PRINT "--- Début du jeu ---" INPUT "Combien voulez-vous miser ? ", Mise% ' On demande au joueur combien il veut miser... INPUT "Sur quel nombre souhaitez-vous miser (de 1 à 5) ? ", NombreMise% ' ...et sur quel nombre. Cagnotte% = Cagnotte% - Mise% ' On soustrait la mise à la cagnotte. NombreTire% = INT (RND * 5) + 1 ' On génère un nombre aléatoire compris entre 1 et 5. IF NombreMise% = NombreTire% THEN ' Si le joueur a parié le bon nombre... Cagnotte% = Cagnotte% + 3 * Mise% PRINT "Bravo, il fallait miser le"; NombreTire%; "! Votre gagnotte contient désormais :"; Cagnotte% ' Dans une instruction PRINT, on peut utiliser le point-virgule pour afficher plusieurs types de données sur la ' même ligne, comme ici des chaînes de caractères (entre guillemets) et des entiers (NombreTire% et Cagnotte%). ELSE ' Si le joueur a parié sur un mauvais nombre... PRINT "Perdu ! Il fallait miser le"; NombreTire%; "... Il vous reste :"; Cagnotte% END IF ' Le bloc IF se termine ici. PRINT "Au revoir "; Nom$; " !" ' Message de fin qui reprend le nom du joueur (qui avait été demandé au début). END ' Termine correctement le programme (peut être omis en fin de code).
La relève s'imagina vite : il s'agit de " l'Apple II ". Le cahier des charges était simple : faire en sorte que le jeu " Breakout " fonctionne dessus. Cela signifie donc la gestion de la couleur, du son, et l'ajout d'une mémoire vidéo. De plus, cette fois-ci, le boîtier serait en plastique. Cet ordinateur est présenté pour la première fois en 1977 et fait forte impression. Cela est aussi l'occasion pour Apple de présenter son nouveau logo : une pomme en couleur et croquée. La couleur montre que l'Apple II peut la gérer, tandis que le " croc " était là pour éviter que l'on confonde la pomme avec une tomate ! L'Apple II se vend à 2 millions d'exemplaires et démocratise sérieusement l'ordinateur personnel. La suite à la page suivante...
Personnellement, lorsque j'évoque l'informatique « grand public », je ne peux m'empêcher de citer le nom du constructeur Apple, bien avant celui de Microsoft ou de IBM. En effet, Apple sous sa famille d'ordinateurs appelés « Macintosh » sont les premiers à avoir utilisé une interface graphique à base de fenêtres, représentant un bureau, sur lequel figure des dossiers et des icônes. Nous pouvions interagir avec ses différents éléments, par l'intermédiaire d'un système de pointage, que l'on appelle la souris. Le premier Macintosh est sorti en 1984, basée sur les travaux de la société Xerox, alors que la première version de Windows, pâle copie du Macintosh, est sorti en 1985. Les ordinateurs Mac sont les machines que j'utilise depuis 10 ans après un bref intermède dans le monde PC. Mais avant de s'intéresser à ces machines, il était important pour moi de faire un bref historique de la société Apple. Je suis un grand fan de cette société. Nous sommes dans le courant de l'année 1976, 1 an avant ma naissance. L’histoire d’Apple est l’origine de deux hommes : Steve jobs et Steve Wozniak. Le premier était programmeur du jeu « Breakout » (le casse brique en français) chez Atari, une boîte de conception de jeux vidéo. le deuxième était ingénieur chez Hewlett-Packard, un concepteur d’ordinateurs. Il inventait en secret des machines électroniques. Il avait créé un prototype d’ordinateur destiné au grand public. Steve Wozniak était désireux de proposer sa trouvaille à Hewlett-Packard, mais à l’époque, la société informatique ne croyait pas en l’essor de l’informatique grand public. Cette machine fut donc commercialisée par les deux Steve, sous le nom de « Apple I ». C’est ainsi que le 1er avril 1976, la société « Apple computer » fut créée, à Cupertino en Californie, dans le garage de la famille Jobs. Pour ceux qui connaissent le film, contrairement à ce que dit Forest Gump, Apple ne serait pas une coopérative fruitière. Le nom Apple aurait été choisi par Steve Jobs, qui est végétarien, et le nom Macintosh viendrait d'une variété de pommes que Jobs récoltait dans sa jeunesse pour gagner de l'argent de poche. Une anecdote raconte qu'au cours d'un voyage au Népal, il fut victime d'une indigestion l'obligeant à se nourrir temporairement de pommes. Voyant que lui et son compère Wozniak n'arrivaient pas à se mettre d'accord sur un nom et un logo pour leur société, Jobs eu l'idée de proposer comme compromis un trognon de pomme, chose qui faisait alors partie de son quotidien. Dans les différentes étapes de l’élaboration de « l’Apple I », Steve Wozniak assurait toute la partie technique, tandis que Steve jobs s’occupait essentiellement du marketing. 200 unités de l’Apple I furent mises sur le marché en 1976 pour un prix de 666,66$. Il s’agissait d’une simple carte comportant un processeur cadencé à 1 MHz avec un Bus système de 1 MHz, une mémoire vive de 8 Ko et un ROM de 256 octets. L’affichage permettait 40×24 caractères. Sur cette carte, il fallait brancher une alimentation, un lecteur de cassettes pour charger le langage BASIC, un écran et un clavier. Le boitier était une caisse en bois, construite par un ébéniste.
Mes Passions Mes amis Mon handicap IMC Signification du logo Home Home Bienvenue Signification du logo nouveautés du site Web signer le livre d'or Tout sur mon handicap Présentation Ma naissance Symptômes de mon handicap les traitements de mon handicap Ma scolarité L'école primaire Le Collège Saint Exupéry Bilan sur mon intégration classique Le Lycée Spécialisé Des débuts difficiles La prise en charge des handicaps le BTS comptabilité et gestion Les fauteuils électriques Vivre autonome mes différents revenus L'appartement adapté et le matériel Mes différents intervenants à domicile Mon degré d'autonomie en images La dictée vocale Les lois sur le logement adapté La kinésithérapie avec Pascal Religion et handicap Sexualité et handicap Mes amis Le témoignage d'Anne-Marie Jean-François, le samouraï Mes passions à propos de mes passions Claude fait son cinéma James Bond Claude et l'informatique Le Tandy TRS-80 MC-10 et l'apprentissage du BASIC Le Langage BASIC, qu'est ce que c'est ? Les projets " Lisa " et " Macintosh " Janvier 1984 : La courte vie du Lisa et la gloire du Mac Mon premier ordinateur personnel, l'Atari 520 STf L'Atari ST, une machine, moitié ordinateur, moitié co Mon premier Macintosh Performa 460 Windows 98 Le retour de Steve Jobs au sein d'Apple Les différents Macs que j'ai utilisés Le pari incompris de Apple l'iMac intel blanc Core 2 duo Qu'est qu'on peut faire avec un iMac intel ? Le Partage d'écran sous Mac OS X La conclusion en vidéo Geisha la chatte Divers Les auxiliaires de vie scolaire Les métiers d'aide aux personnes Mon degré d'autonomie en images La kiné avec Pascal Religion et handicap Sexualité et handicap Qu'est ce que je peux faire avec mon ordi. Steve Jobs (1955-2011) Liens externes ContactMe Contacter, cliquez ici
Les textes, photos et vidéos ne peuvent pas être reproduits sans mon autorisation.
Le Petit Monde de Claude B. 2009-2013