Scolarité Tout sur mon handicap Page suivanteL'Atari ST, une machine, moitié ordinateur, moitié console de jeux, qui n'a rien à envier aux consoles actuelles.
Page précédenteL'Atari 520 STf n'était qu'un ordinateur de transition, pour me permettre de m'amuser pendant mon enfance et le début de mon adolescence, comme n'importe quel autre jeune. Lorsque je suis arrivé au parc Saint-Agne, en classe de troisième, j'avais emmené cette machine et je me rappelle que je jouais beaucoup avec un grand jeune malentendant du nom de « Elie ». Il était adorable et nous faisions des concours de « Lotus esprit turbo challenge ». C'était la lutte fratricide, entre lui et moi. Je le battais très souvent, mais lui aussi car nous étions de force égale. Quelquefois cela finissait en crise de rigolade. Ce jeu de Lotus était des courses où il fallait s'arrêter au stand. Une fois, j'étais en première position, lui me talonnait en second. J'ai pris alors le risque de ne pas m'arrêter pour prendre de l'essence et ma voiture s'est arrêtée au dernier tour à quelques mètres de la ligne d'arrivée. J'étais vert ! J'ai lâché mon joystick de rage, mais je suis très vite parti dans un fou rire incontrôlable… C'est ballot de ne pas faire le plein ! N'ayant pas la possibilité de faire du traitement de texte avec cet ordinateur, mes parents m'ont équipé en cinquième d'une machine à écrire à mémoire, de marque Canon. Le texte que je tapais s'affichait sur un minuscule écran à cristaux liquides, peu pratique, parce qu'on n'y voyait rien. Une fois que le fichier était écrit. Je lançais l'impression et cela se faisait tout seul. C'était donc la solution intermédiaire, entre écrire à la main et avoir un ordinateur autre que pour faire du jeu… Mon père suivit les conseils de M. Guadalpi pour lui-même. Il fit l'acquisition d'un Mac Classic, à sa sortie en 1990, après avoir bossé sur un Atari 520 STf monochrome. Je bavais sur cet ordinateur intégré, car pour moi, à l'époque, c'était le summum du design. Sauf que, je n'avais pas trop le droit d'y toucher, de trifouiller dedans, parce que mon père n'avait confiance en personne. J'ai eu le droit d'y toucher, à partir du moment où en 1993, j'ai été équipé par Monsieur Fidensi , un homme charmant, professeur d'informatique au lycée du parc, d'un Macintosh plus. C'était un modèle inférieur au Macintosh Classic, notamment par son absence de disque dur, sauf en externe, et son chassis beaucoup moins joli. En effet, comme j'avais un Mac à l'école, mon père était quelque part obligé de me prêter son ordinateur, puisque je ramenais des disquettes 3,5 pouces à la maison, avec mon travail sur traitement de texte « Microsoft Works ».
Je me suis servi de mon premier Macintosh au lycée du Parc Saint-Agne : Le Macintosh Plus...
Avec ce premier Macintosh, « rien que pour moi » entre les mains, je me sentais libre, notamment de mes parents. Son clavier, très épais, était surélevé. Ce qui m'offrait un grand confort d'écriture. Sur ma configuration, je disposais de deux lecteurs de disquettes : un dans le lecteur intégré et un deuxième, branché en externe. Ce qui m'évitait, au contraire de l'exemple ci-dessus, d'avoir à manipuler les disquettes pour charger le système d'exploitation. Le professeur d'informatique m'avait équipé d'une imprimante matricielle, qui faisait un boucan d'enfer. Mais j'étais heureux que l'on me prête un tel matériel, que M. viguié, directeur de l'établissement de l'époque, m'aies fait confiance pour avoir un ordinateur dans ma chambre. Cet atout a permis d'augmenter mon rendement pour les devoirs, le soir après les cours. J'avais bien sûr des heures de secrétariat pour m'aider. Cet ordinateur était complémentaire. Ce « Macintosh plus » à une valeur sentimentale pour moi. C'est lui qui a véritablement déterminé mon attachement à la marque Apple. La dictée vocale n'existait pas à l'époque et je faisais des exercices avec une ergothérapeute, pour améliorer ma vitesse de frappe au clavier. En tapant avec l'index gauche, j'étais capable d'écrire 33 mots à la minute. Ce qui pour mon handicap est un score parfaitement honorable. Dans la partie suivante, du Macintosh Plus au Performa 460
Données techniques du Macintosh Plus : Constructeur : Apple Computer (Cupertino Californie USA) Date de sortie : Janvier 1986 Processeur : Motorola 68000 à 7,833 Mhz Mémoire : RAM 1024 ko, extensible à 4 Mo, ROM 128 ko Affichage : Ecran monochrome de 9'' intégré Résolution d'écran : 512x342 Stockage : Lecteur de disquette 800 ko Port pour lecteur de disquettes externe Port pour lecteur SCSI externe OS : System Software 1.1 (System 3.0 Finder 5.1) Interfaces : 2 ports série (mini DIN) Port souris (DB9) Lecteur de disquettes externe (DB19) Périphérique SCSI (DB25)
L'Atari 520 STf était une très bonne machine, très solide, sur laquelle on pouvait faire tourner une pléthore de jeux de toutes sortes, allant du très bon, jusqu'au mauvais. Pour lancer un jeu, il suffisait d'insérer la disquette 3,5 pouces dans le lecteur interne, d'allumer l'ordinateur et le jeu se lançait automatiquement.J'ai utilisé cette machine de 1989 jusqu'à 1996, année où j'ai obtenu mon baccalauréat ES. Elle disposait de deux ports joystick, situé sous la machine. La souris se branchait sur le port de gauche et le joystick sur le port de droite. Lorsque nous voulions jouer à deux avec un ami, il fallait débrancher la souris pour la remplacer par un joystick supplémentaire. Ce qui n'était pas pratique, parce que il fallait soulever le lourd clavier intégré, dans lequel se trouvait également le microprocesseur Motorola. Pour moi, cette manipulation était infaisable. Je ne pouvais pas travailler avec cette machine, car les logiciels étaient rares. Le double clic de la souris pour ouvrir les icônes de l'interface graphique été trop dur. Mais, c'était une excellente machine de jeu qui n'a rien à envier aux consoles de jeux actuelles, même si elles sont beaucoup plus évoluées. À mon avis, on s'amusait tout autant avec ces petits jeux sur disquettes. D'ailleurs, pour tout vous dire, je n'ai pas retrouvé autant le plaisir à jouer avec les autres ordinateurs que j'ai eu dans ma vie. Je ne pouvais pas terminer de parler de l'Atari 520 STf, sans rendre hommage à certains jeux auxquels j'ai joué. Je précise que les vidéos ne viennent pas de moi. Je les ai trouvés sur Youtube, pour enrichir mon site Internet et appuyer mes propos. Merci donc notamment à « gametronic » pour ses excellentes démos. Cliquez sur les vignettes pour afficher la vidéo correspondante. En passant la souris sur chaque vignette, une info-bulle de renseignements sur le jeu en question apparait...
Mes Passions Mes amis Mon handicap IMC Signification du logo Home Home Bienvenue Signification du logo nouveautés du site Web signer le livre d'or Tout sur mon handicap Présentation Ma naissance Symptômes de mon handicap les traitements de mon handicap Ma scolarité L'école primaire Le Collège Saint Exupéry Bilan sur mon intégration classique Le Lycée Spécialisé Des débuts difficiles La prise en charge des handicaps le BTS comptabilité et gestion Les fauteuils électriques Vivre autonome mes différents revenus L'appartement adapté et le matériel Mes différents intervenants à domicile Mon degré d'autonomie en images La dictée vocale Les lois sur le logement adapté La kinésithérapie avec Pascal Religion et handicap Sexualité et handicap Mes amis Le témoignage d'Anne-Marie Jean-François, le samouraï Mes passions à propos de mes passions Claude fait son cinéma James Bond Claude et l'informatique Le Tandy TRS-80 MC-10 et l'apprentissage du BASIC Le Langage BASIC, qu'est ce que c'est ? Les projets " Lisa " et " Macintosh " Janvier 1984 : La courte vie du Lisa et la gloire du Mac Mon premier ordinateur personnel, l'Atari 520 STf L'Atari ST, une machine, moitié ordinateur, moitié co Mon premier Macintosh Performa 460 Windows 98 Le retour de Steve Jobs au sein d'Apple Les différents Macs que j'ai utilisés Le pari incompris de Apple l'iMac intel blanc Core 2 duo Qu'est qu'on peut faire avec un iMac intel ? Le Partage d'écran sous Mac OS X La conclusion en vidéo Geisha la chatte Divers Les auxiliaires de vie scolaire Les métiers d'aide aux personnes Mon degré d'autonomie en images La kiné avec Pascal Religion et handicap Sexualité et handicap Qu'est ce que je peux faire avec mon ordi. Steve Jobs (1955-2011) Liens externes ContactMe Contacter, cliquez ici
Les textes, photos et vidéos ne peuvent pas être reproduits sans mon autorisation.
Le Petit Monde de Claude B. 2009-2013